Léa Ozcoïdi : « Quand on parle de montée, la motivation redouble »

Après avoir connu une première montée de Nationale 2 à Nationale 1 avec l’Aviron Bayonnais en 2016, puis une deuxième avec l’Anglet-Biarritz Olympique en 2018, l’ailière espère en connaître une troisième, en 2020, avec l’entente, qu’elle a toujours soutenue et espéré.

Côte Basque Handball : Lège-Cap-Ferret était une des équipes que tu avais jouée en N2 lorsque tu évoluais encore à l’Aviron Bayonnais. Ça te fait quoi de revenir dans la même division aux côtés de Mickaël Moreno ?

Léa Ozcoïdi : Lège-Cap-Ferret est une équipe que j’ai eu l’occasion de jouer lors de mes années à Bayonne mais aussi durant mon unique saison avec Anglet-Biarritz. Je connais Mika depuis mes 14 ans et mes débuts en CPS. C’est avec plaisir que je le retrouve en tant que coach pour de nouveaux défis. J’ai passé mes plus belles années handball à ses côtés mais aussi au côté d’un groupe génial de filles qui se reconnaîtront.

Crédit photo : Rémy Giraudon.

Côte Basque Handball : Qu’as-tu fait entre ton départ de l’Anglet-Biarritz Olympique et ton retour à CBHB ?

Léa Ozcoïdi : L’an passé, j’ai réalisé un second Master spécialisé en finance-gestion de patrimoine dans la ville de Clermont-Ferrand, en alternance avec une entreprise sur Paris. C’était donc compliqué de poursuivre le hand dans cette configuration. Durant cette année, j’ai eu l’occasion d’aller voir jouer la précédente équipe de Mika (NDLR : Octeville-sur-Mer) en région parisienne. Il travaillait déjà sur le projet CBHB sans que je le sache. Avec son sourire en coin, il m’a également demandé si je comptais rester sur Paris ou si je souhaitais redescendre au Pays basque. Le projet n’était pas encore finalisé à ce moment-là, mais nous nous étions vite compris. Je lui avais dit que s’il était à la tête de l’équipe, je le suivais. Aujourd’hui, nous en sommes là !

J’espère vivement avoir l’occasion de vivre une expérience réussie en Nationale 1 avec Côte Basque Handball.

Léa Ozcoïdi, ailière

Côte Basque Handball : Après une expérience difficile pour ta seule saison en Nationale 1, est-ce que cela motive encore plus de remonter avec CBHB ?

Léa Ozcoïdi : Déjà partisane de l’entente il y a trois ans, afin de construire un projet de haut niveau féminin sur la Côte, j’étais très déçue de le voir échouer… ou du moins remis à plus tard. Outre mon expérience personnelle difficile en N1 avec Bayonne, après le départ de Mika, je pense que cela a également été difficile pour Anglet-Biarritz et l’Aviron. Lorsque Mika a abordé le sujet alors que nous étions tous deux loin de la Côte, il m’a fallu peu de temps pour m’enthousiasmer à nouveau. J’ai suivi de près l’avancée du projet depuis Paris où j’y ai même fait la prépa seule avant d’avoir le plaisir d’intégrer un super groupe. L’aventure CBHB m’a motivée dès le départ. Forcément, en tant que compétitrice, quand on parle d’objectif de montée, ma motivation redouble. J’espère vivement avoir l’occasion de vivre une expérience réussie en N1 avec CBHB.

Crédit photo : Rémy Giraudon

Côte Basque Handball : Tu évolues à un poste ultra-concurrentiel, comment fais-tu pour gérer tout cela ?

Léa Ozcoïdi : Il est vrai que ce poste d’ailière est particulièrement concurrentiel. Pour autant, nous avons chacune des qualités différentes qui seront toutes importantes et nécessaires pour atteindre notre objectif commun. Nous avons la chance d’évoluer dans la bonne entente et de chercher à nous tirer mutuellement vers le haut. La gestion est sans prise de tête et se fait dans la bonne humeur avec rigueur et travail.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s